home
 :::  images  :::  writings  :::  projects  :::  about  ::: 
 time  :::  contact  :  .   :   :  .     .  .  :   .    .  :  


Trois yeux verts me poussent au fond de l'océan
Trois yeux bleus m'attirent vers le zénith 
Trois racines noires m'enfoncent dans la terre
Trois ailes blanches m'enlèvent au ciel
Un oiseau au milieu
Crie une prière muette
Trois silences entourent le tout
J'en perds le sens

Ne me parlez pas de moi
Ne me parlez pas de vous
Ne me parlez pas de moi contre vous
De vous contre moi
Parlez moi de nous
De mous
De voi
Parlez moi dans une autre langue
Ni la votre ni la mienne
Ni la leur
Parlez moi comme un oiseau
Je vous écouterai comme un arbre

Rien ne semble à rien dans un monde ou tout se ressemble 
Les cris des esprits perdus creusent le silence du possible
Les portes claquent aux milieux des rêves d'aubes
Les chaises dansent dans les salles des châteaux
Les désirs d'amours forment des coalitions apolitiques
Les peaux d'abricots sèches collent aux dents

Les mères attendent que leurs filles les libérent de la mort
Seuls les papillons détiennent des vertus humaines
Les pères poussent leurs fils à déguster le profond de la terre
Seules les fleurs se souviennent la tendresse
Les enfants naviguent des bateaux célestes
Rien n'avance vers rien
Dans un monde qui devient festival d'irréel. 

Il y a du vent dans l'air
De l'air dans le vent
Du a dans le è
Les arbres posent leurs feuilles par terre

Trois lignes bleus une ombre verte
Deux points noirs un triangle jaune
Un carré rouge, une spirale amère
Milles points déchirés autour des cercles penchés
Trois arceaux centrés, dorés
Les piliers s'écroulent,
La maison reste debout.
Neuf oiseaux portant les mots clefs
Percent les yeux des faux prophètes.